WHV Australie

Comment trouver un job en Australie (spécial WHV)
Comment survivre en WHV en Australie.

cf. Dossier spécial Melbourne : comment trouver un logement, ou sortir, banque et assurance, Melbourne ou Sydney ?

 

Le nerf de la guerre pour ceux qui viennent en working holiday visa : chercher à combler le W pour profiter du H.

Si l’Australie était un eldorado il y a 5 ans, la réalité d’aujourd’hui est autre. Il y a toujours du travail mais aussi plus de concurrence.

 

Voici donc quelques conseils et outils pour vous préparer comme il se doit à votre « job hunting »

 

Encore peu de candidats préparent leurs CV en anglais avant d’arriver par exemple. Ça vous fait un stress en moins et vous pouvez attaquer le marché des que vous êtes remis de votre jetlag. (cf. article Préparer son CV au format australien)

Agences, backpackers/hostels, web, networking,… Tous les moyens sont bons dépendant de ce que vous recherchez

Vous allez voir beaucoup de forums et groupes facebook créés pour s’entraider qui finalement en découragent plus d’un mais ne baissez pas les bras parce que certains cherchent depuis 2 mois et plus sans rien trouver.

 

Quand on veut, on peut ! Bon, si vous venez en décembre/janvier ce sont les vacances scolaires donc beaucoup de concurrence avec les étudiants australiens mais c’est toujours faisable.

 

Evitez simplement de venir avec une mentalité néocolonialiste comme si tout vous était du en disant : avez-vous un job pour moi ? Certes, par solidarité, un autre détenteur du WHV qui change de ville ou rentre au pays et quitte son job pourra vous faire part de l’opportunité du poste qu’il quitte mais bougez-vous, n’attendez pas que ça vous tombe dessus !

Ça parait normal dit comme ça mais vous verrez ! Et la victimisation raciale ou autre ça n’avance à rien non plus. Nous n’avons pas bonne réputation mais utilisez donc votre patrimoine culturel à bon escient. Ça sonne cliche mais les français par exemple sont reconnus pour la cuisine, les pâtisseries, la mode, le domaine de la beauté,… Jouez-en ! Maximisez vos atouts.

 

Si vous souhaitez attaquer dans la restauration, il vous faudra passer votre RSA et surtout prospecter en porte à porte. Ne vous arrêtez pas au CBD ou à St kilda, allez en banlieue : malvern, carlton ou même plus proche comme port Melbourne ou Docklands.

Dishwasher, Barista, Runner, … De nombreuses pancartes aux vitrines des bars et restaurants sont affichées et même si elles ne le sont pas n’hésitez pas à demander au patron s’il aurait besoin d’aide, il vous proposera surement un essai.

 

Et si l’argent est plutôt tabou en France, en Australie il ne faut surtout pas hésiter à tout de suite demander le salaire horaire. Il y a des abus et beaucoup trop de jeunes backpackers en working holiday ne se font pas payer leur jour voir leur semaine d’essai.

N’acceptez pas en dessous de 15 $ par heure cash in hand avec généralement des pourboires d’équipe.

 

Vous pouvez également travailler dans le bâtiment, la plomberie, menuiserie, …  les magasins de vêtements, le street marketing en tant que paper boy en demandant à votre auberge ou même certaines agences de voyages ce qu’elles proposent. Généralement c’est du casual donc peu d’heures par semaine mais vous pouvez également travailler dans l’hostel (ranger la cuisine, faire les lits,…) pour avoir une réduction sur le prix du logement à la semaine ou même un logement gratuit parfois.

 

Si vous avez de l’expérience en tourisme, fuyez la ville et essayez-vous également dans les agences de voyages (peterpans a des bureaux partout) surtout sur la côte est, vous pourriez travailler sur des bateaux en partance pour les whitsundays ou encore dans des resort sur des iles paradisiaques.

Allez donc passer votre certificat de plongée ou de sécurité pour etre guide à cheval ou autre et ainsi avoir une valeur ajoutée à votre CV à faire valoir en Australie ou votre pays d’origine.

 

Abroad production vous propose également des jobs de digital nomads payé à la commission. Contactez-nous pour en savoir plus : ambassadeur de marque, chasseur de primes de références virtuelles, conseiller en acquisition de talents, community manager, testeurs d’applications, expert en vidéo,…

L’application Linker (en store le 1er octobre) pourra égalemment vous permettre de trouver un travail plus facilement.

1470406_10152101902708128_1571367585_n1454639_10152045449913128_223670441_n

1380510_10152045449593128_1620499100_n1422640_10152051353823128_1513221790_n

EXPERIENCE PERSONELLE :

from headhunter to  freelancer

 

Pour ma part, après un master et 4 ans d’expérience en ressources humaines au Canada et au Maroc, j’ai souhaité chercher dans mon domaine. En arrivant, j’avais mon cv en anglais, un contact et toute la bonne volonté du monde. Ayant été à la place du recruteur pendant un moment, je connaissais quelques astuces et je ne me faisais pas non plus d’illusion, je devais appréhender le marché australien.

 

Mon contact était un ami d’enfance en statut d’expatrié chez Ikea. Il avait envoyé mon CV à son département HR. Malheureusement, sans l’expérience Ikea France je ne pouvais pas rentrer, ça aurait été trop facile mais la recruteuse m’a gentiment dirigé vers des agences et des sites spécialisés.

 

En arrivant à Melbourne un vendredi 4 oct, j’ai donc envoyé mon cv aux 2 agences conseillées: Tandem et HR Partners. Et le lundi matin j’avais deja une entrevue de prévue pour le jeudi. Je stressais un peu de passer une entrevue en anglais mais ça s’est plutôt bien passé et il ne s’agissait en fait que d’une entrevue de prospection pour connaitre mon profil.

 

N’ayez surtout pas honte de votre accent, les recruteurs sont habitués à recevoir des européens, des asiatiques,… et ne sont pas très tatillon sur les fautes grammaticales à l’oral. Elle m’a demandé quel type de visa j’avais. De là, j’ai lu sur son visage que ça allait etre difficile et elle me l’a d’ailleurs expliqué en toute transparence.

 

Je n’avais pas eu de problèmes avec le working holiday visa au Canada, au contraire il est utilisé comme une porte d’entrée à un sponsor en JP et une résidence permanente et est moins restrictif.

 

En Australie, on ne peut travailler que 6 mois pour le même employeur. Il me fallait donc trouver un contrat plutôt qu’un emploi permanent.

 

Seek est le meilleur site de recherche et vous pouvez filtrer par mot clé (nom du quartier par exemple), spécialité et type de contrat.

 

Tout marche par le réseau et ce n’est pas vu comme  un piston comme ça pourrit l’être ailleurs, cela prouve au contraire que vous avez rencontré du monde du domaine. Une amie belge m’a conseillé de rencontrer une rec to rec (chasseuse de têtes de chasseuse de têtes) ça avait marche pour elle, 1 semaine 5 entrevues et 5 propositions plus tard elle signait un contrat avec sponsor a la clé. OUi les sucess story existent aussi ! Son secret : la positive attitude, confiance en elle et la pêche en entrevue ! Mais mon profil était différent et je ne voulais pas du côté sales.

 

Exigeante me direz-vous mais je sais ce que je ne veux plus et dans quoi je suis à l’aise. J’ai joué la carte française et me suis rendu à la chambre de commerce FACCI.

 

Ils m’ont donné un annuaire de toutes les entreprises françaises implantées à Melbourne, une soirée networking à 20$ pour halloween et le nom d’une agence spécialisée en consultation HR dont la fondatrice est française.

 

Apres 3 rencontres en français (oui je triche et je suis une arnaque :), une conseillère à Melbourne, la fondatrice de passage à Melbourne et le spécialiste en recrutement TI à Sydney je tenais la une bonne piste pour un job qui serait finalement basé à Sydney et sous un contrat VIE (civiweb.com) de 6 à 12 mois avant le 29eme anniversaire, 2500 € mensuel (variable par pays et année) et avantages sociaux français.

 

Mon whv (obtenu en 2h via internet pour 400$) ne me servirai finalement pas mais j’aurai vécu ce passage oblige qu’est la stressante recherche d’emploi.

 

Pour bien vous adapter à la culture australienne, il faut simplement montrer votre motivation, c’est le pays des « no worries » ils ne sont pas stressés et évitent généralement les conflits. Certes il y a des abus et certains profitent de la fragilité d’un backpacker prêt a tout pour gagner de l’argent ou faire 3 mois de woofing pour avoir un second visa.

 

Mais oui ce pays va vous changer, vous apprendre à vous dépasser et même si c’est moins facile qu’avant il suffit d’être préparé pour vivre au mieux votre australian dream. Car l’expérience n’est pas seulement le travail mais la confrontation à un nouvel environnement, une nouvelle culture, des rencontres qui peuvent changer votre vie …

 

Ce pays m’ayant donc inspiré, j’ai par ailleurs tenté ma chance en me lançant dans un projet freelance de création d’applications qui pourrait d’ailleurs vous être bien utile à vous qui lisez ces lignes : linker étant la partie « working » qui met en relation les employeurs et les candidats et triper la partie « holiday » qui met en relation les voyageurs pour des bons plans, logement, road trip,…

Ces applis fonctionnent par système de géolocalisation et d’interet commun par mot clés. Gratuite elle sera disponible en version android et ios en octobre 2014

 

N’hésitez pas à m ajouter sur LinkedIn si vous voulez plus de conseils en HR ou IT

https://www.linkedin.com/in/mariebraud

 

Et vous, quelle a été votre expérience ?

 

Let’s catch up !

 

album photos : Osez l’oz

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10152045423588128.1073741828.815423127&type=1&l=9f35bb0fca

 

Conseils:

 

Utilisez LinkedIn :

Ajoutez les gens qui vous contactent par mail ou téléphone dans votre réseau

Ciblez les entreprises qui vous intéressent et suivez-les.

 

Jobboards type seek :

S’il y a le numero du recruteur sur l’annonce : décrochez votre téléphone et appelez !!! Premier arrivé premier servi !

Sortez du CBD, prospectez les quartiers de « banlieue »

Utilisez votre réseau et la « french connexion » par exemple

 

Sites utiles:

http://www.seek.com.au/

http://www.my-australian-job.com/

http://mycareer.com.au/

http://www.gumtree.com/

 

Related Posts

2 COMMENTS

  1. décembre 01, 2014 23:44 Répondre

    Spot on with this write-up, I absolutely feel this web site needs much more attention. I’ll probably be returning to see more, thanks for the information!

Leave a reply